Actualités

« En Campagne » au festival du film militant de La Réunion

En Campagne, réalisé dans le cadre d’ateliers de création cinématographique avec les Volontaires en Service Civique de l’association les Enfants du Canal, sera présenté à St Leu sur l’Ile de la Réunion le samedi 27 avril à 15h.

Balade Audio – Ile-Saint-Denis

Les films de l’Arpenteur, en lien avec l’association Les Voix d’Ici, récolte les témoignages d’habitant·es du quartier sud de l’Ile-Saint-Denis (93) pour réaliser un audioguide qui sera présenté au printemps 2024.

« En Campagne » diffusé aux rencontres Ad’Hoc

Notre film En Campagne, réalisé dans le cadre d’ateliers de création cinématographique avec les Volontaires en Service Civique de l’association les Enfants du Canal, a été présenté le 9 septembre 2023 aux rencontres Ad’Hoc de Mirabel-et-Blacons (26).

Les films de l’Arpenteur ont mené l’atelier Faire papoter les Bobines auprès des classes de Première et de Terminale du Lycée Paul Eluard de Saint-Denis, en partenariat avec les Archives Nationales de France.

Trois classes se sont emparées d’images de 1931 mises à disposition par les Archives Nationales. Après un parcours de découverte des archives en général et de leur utilisation dans les documentaires, de la série Apocalypse à Chris Marker, les élèves se sont intéressé·es à ce fonds de « Variétés », les films d’avant-séance de cinéma. Montage, musique, voix off, nouveaux cartons, tous les moyens ont été bons pour donner un sens nouveau au matériau de base.
Des bande annonces de films, des documentaires/documenteurs, des films expérimentaux… Libre cours à l’imagination !

Au final, 37 films ont été produits, et un mini festival organisé aux Archives Nationales a permis de clôturer en beauté ce projet. Quatre prix par classe ont été décernés : prix des archivistes, de l’établissement scolaire, des professionnel.les du cinéma, et bien sûr le prix lycéen !

Année : 2022-2023
Encadrement des ateliers : Benoit Peytavin
Professeures référentes : Lily Strauss, Adèle Pichon
Interventant·es : Simon Desjobert, Anne Rodriguez, Rémi Bénichou, Louis Vincent
Archives nationales : Gabrielle Grosclaude, Sandrine Gill

Le parcours « Contes et légendes du monde » animé par Simon Desjobert, a permis à trois classes de seconde de se placer dans une position active de recherche et de réflexion sur la structure des histoires traditionnelles du monde entier.

Ce travail a permis aux élèves d’étudier des œuvres littéraires diverses et d’imaginer une trame qu’il·elles se sont approprié·es pour créer des contes se déroulant dans des aires géographiques et des époques variées. L’occasion de mettre en lumière les parcours migratoires et les circulations culturelles à travers les âges, en constituant une carte du monde des contes que les élèves ont réuni grâce à leur travail d’enquête auprès de leurs proches.

Le réalisateur-intervenant s’est appuyé sur ses réalisations passées pour insister sur les différentes étapes de la création d’un film. Il a mis également en lumière son travail en cours, s’inspirant des contes et légendes éthiopiennes. Un conteur est intervenu à différentes reprises et partage aux élèves l’art de raconter un conte.

Les classes participant à ce parcours ont écrit des contes s’inspirant d’histoires récoltés auparavant et ont réfléchi à une mise en scène pour pouvoir restituer leurs contes dans de courts création vidéo.

Année : 2021-2022
Encadrement des ateliers : Simon Desjobert
Professeures référentes : Mathilde Plaquet et Julie Lépy
Intervenant conteur : Philippe Imbert
Montage : Francesco Briguglio

Saint-Denis, en l’an 4022. Que restera-t-il ? Que laisserons-nous aux générations futures pour qu’elles puissent se figurer qui nous sommes ? C’est à ces questions que répond le film La Terre de nos Ancêtres, réalisé par les archéologues en herbe du collège Henri Barbusse de Saint-Denis. En route vers le passé !

Les films de l’Arpenteur ont mené en 2022 l’atelier Archéologie du futur auprès de la classe de 6eC du collège Henri Barbusse à Saint Denis. Ce projet a été mené en partenariat avec l’Unité d’Archéologie de la ville de Saint-Denis.

Les jeunes se sont transformés pour l’exercice en archéologues du futur, s’essayant à des interprétations des objets de notre quotidien, aboutissant à des réponses tantôt exactes, approchantes, ou tantôt farfelues en fonction des objets, et de leur questionnement par l’archéologie.

Film projeté à l’occasion des Journées Européennes de l’Archéologie

Action réalisée dans le cadre de La Culture et l’Art au collège du département de la Seine-Saint-Denis.

Année : 2022
Encadrement des ateliers : Benoit Peytavin
Professeures référentes : Iroise Soumille, Anna de Andreis, Alice Poujol
Médiateur·ice unité d’archéologie : Gayané Momajian, Victor Neyra-Arteaga
Intervention extérieure : Simon Desjobert
Montage : Francesco Briguglio

 

Quel est le lien entre une bulle, un renard du désert, et un zombie dragon ?

Les scouts de Saint-Denis ont participé avec Les films de l’Arpenteur à la création d’un court-métrage, mettant en scène des contes très courts. Les jeunes (de 11 à 14 ans) ont inventé leurs scénarios à partir d’improvisations théâtrales guidées par une étudiante en mise en scène de l’université Paris 8 – Saint Denis.

Suivant le même procédé, ils ont ensuite inventé le cadre général de leur histoire, avant de se décider sur la forme spécifique de chacune des séquences « contées » : du dessin en direct, des ombres chinoises, et l’animation de marionnettes.

Ce film a bénéficié du soutien de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (Ministère de la Culture), dans le cadre de l’opération « Dis-moi dix mots »

Le tournage a eu lieu à Jambville (78)

Année : 2022
Encadrement des ateliers : Benoit Peytavin
Assistante mise-en-scène / improvisations : Victoria Dhennequin
Construction marionnettes : Isabelle Loyer
Son / Montage : Francesco Briguglio

 

 

Le réalisateur Benoit Peytavin a mené un atelier autour du cinéma argentique, à la demande d’un groupe de jeunes filles vivant au sein d’un foyer de l’hébergement d’urgence de l’association Esperem à Issy-les-Moulineaux. Ce centre est réservé à des jeunes filles de 12 à 18 ans, ayant des difficultés familiales, éducatives, sociales et/ou administratives, confiées par les juges des enfants ou l’Aide Sociale à l’Enfance.

L’ambition du projet est d’inventer deux films prenant chacun appui sur un mot de l’opération de la francophonie « Dis-moi 10 mots » et d’être mis en image en film argentique 16mm. Ce tournage en pellicule est l’occasion de pratiquer l’aspect le plus matériel, le plus palpable de ce mode d’enregistrement, et de faire résonner sa matérialité avec la matière sensible des textes produits.

Les jeunes ont d’abord enregistré la matière sonore de leur film (documentaire ou fiction) puis ont entièrement storyboardé les films pour économiser au maximum la précieuse pellicule, et être efficace le jour du tournage.

Les films:
Trouble – Décalé
Un nouveau départ – Tintamarre

Ce film a bénéficié du soutien de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (Ministère de la Culture), dans le cadre de l’opération « Dis-moi dix mots »

Année : 2022
Encadrement des ateliers : Benoit Peytavin
Intervenante écriture : Lucile Chikitou
Tournage argentique : Tomislav Jancar
Montage : Francesco Briguglio

 

En 2019 et 2020, les réalisateurs Simon Desjobert et Benoit Peytavin se sont associés avec volontaires Romcivic – Scolarisation de l’association Les Enfants du Canal pour mener une campagne de plaidoyer pour les municipales de mars 2020. Cette campagne, adressée aux candidates et candidats d’île de France, a pour but d’informer sur la situation des bidonvilles, et porter des demandes concrètes. Dans un premier temps les volontaires et les réalisateurs ont réalisé trois vidéos d’interpellation traitant chacune d’un sujet précis quant aux conditions de vies sur les bidonvilles, et comment les maires peuvent les améliorer.

L’autre partie du plaidoyer consistait pour les jeunes Volontaires du programme Romcivic à aller voir les candidats et candidates pour discuter directement de ces problématiques. Les jeunes ont donc suivi des formations pour se préparer, et ont obtenu des rendez-vous avec quatre candidats.  Mais ce n’est pas tout, les jeunes ont également appris à filmer et prendre le son avec les réalisateurs du collectif, et ont donc filmé tout le processus.

 

Avec le soutien de l’association Les Enfants du Canal, du CNDH RomEurope, et de la Fondation Open Society. Cette opération a bénéficié du soutien de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (ministère de la Culture), dans le cadre de l’opération « Dis-moi dix mots »

Année : 2021
Réalisation, image et son : Oumi Salamat AHAMED ALI, Gabriel DREZALIU, Vasile Armando MOACA, Cristian REJECHAN,
Adina RUPA, Malaca SULIMAN, Fiona THEMELI (Les Enfants du Canal)
Benoit PEYTAVIN, Simon DESJOBERT (Les films de l’Arpenteur)
Intervenante animation : Janis Aussel
Montage : Nina Khada

Drancy, en l’an 4020. Que restera-t-il ? Que laisserons-nous aux générations futures pour qu’elles puissent se figurer qui nous sommes ? C’est à ces questions que répond La Vie d’Avant, reportage réalisé par les archéologues en herbe du collège Aretha Franklin de Drancy. En route vers le passé !

Les films de l’Arpenteur ont mené en 2021 l’atelier Archéologie : machine à voyager dans le temps auprès de la classe de 6e5 du collège Aretha Franklin à Drancy. Ce projet Culture au collège a été mené en partenariat avec l’unité d’archéologie de la ville de Saint-Denis.

Les jeunes se sont transformés pour l’exercice en archéologues du futur, s’essayant à des interprétations des objets de notre quotidien, aboutissant à des réponses tantôt exactes, approchantes, ou tantôt farfelues en fonction des objets , et de leur questionnement par l’archéologie.

Les jeunes ont été eu plusieurs séances avec les médiatrices de l’unité d’archéologie, où ils ont pu découvrir la science et la méthode archéologique, en étant mis en situation à partir de véritables objets archéologiques sorties des réserves et copies.

Puis vient le choix des objets, et les interprétations qui leur sont liées, avant de procéder à leur vieillissement artificiel. Les jeunes se sont creusé les méninges pour créer le scénario, en inventant une émission du futur se penchant sur l’an 2020, ainsi qu’une exposition liée.

Le film a été tourné au collège, puis il a été montré avec l’exposition  au collège pendant une semaine, et devant la basilique de Saint-Denis pour les Journées Européennes de l’Archéologie.

Action réalisée dans le cadre de La Culture et l’Art au collège du département de la Seine-Saint-Denis.

Année : 2021
Encadrement des ateliers : Benoit Peytavin
Professeures référentes : Sonia Laouadi, Tiffany Obermann, Elodie Ferreira.

 

Les films de l’Arpenteur ont mené l’atelier Le petit détournement  auprès de deux structures du Val d’Oise : au centre social d’Argenteuil et à la MJC de Persan au cours de l’été 2020. Cette action s’inscrit dans le cadre de l’été apprenant, suite au confinement du mois de mars-avril 2020.

Ces ateliers proposent un dispositif ludique et flexible qui s’adapte au contexte et au public.

L’idée de ces ateliers était de questionner la période post-confinement en prenant comme support des films d’anticipations.  Bien souvent, ce genre de film pose un regard sur le futur, et sur les enjeux technologiques ainsi que sociétaux.

Le petit détournement proposait aux jeunes participants (11-15 ans) d’imaginer le contenu d’une séquence de films d’anticipation en visionnant sans son un extrait de film (Minority Report et Brazil).

Les jeunes imaginaient ce que les personnages du film pouvaient dire. Ils ont donc dessiné une trame narrative pour la séquence. Puis, ils ont écrit des dialogues qu’ils ont en suite joué et enregistré. Enfin, les jeunes ont assuré le bruitage de  la séquence.

Interview des réalisateurs-intervenants au sujet des ateliers.

Les films :

Le jus de cactus de Leo Crow

Un mariage inattendu

Le laboratoire d’extraction de la mémoire

La fête

Avec l’aide de l’association Passeurs d’images, dans le cadre de Passeurs d’images en Ile-de-France, et le soutien de la Direction régionales des affaires culturelles.

Les réalisateurs Simon Desjobert et Benoit Peytavin ont poursuivi leur partenariat avec l’association Les Enfants du Canal. Ils ont animé des ateliers d’initiation au cinéma auprès des volontaires en Service Civique. Ensemble, ils ont travaillé sur des créations autour des mots du dispositif « Dis-moi dix mots », porté par le Ministère de la Culture.

Début 2018, les réalisateurs Simon Desjobert et Benoit Peytavin ont animé des ateliers d’initiation au cinéma auprès d’enfants du bidonville de la rue de l’Acacia, à Montreuil et de volontaires en Service Civique de l’association Les Enfants du Canal. Ensemble, ils ont œuvré en commun pendant huit mois pour réaliser le film B comme Bagou, abécédaire filmé.

Nos dernières réalisations